Christianophobie

La pièce « sur le concept du visage du Fils de Dieu » de Castellucci est-elle blasphématoire ?

Définitions

Le Larousse définit le blasphème comme « une parole ou discours qui outrage la divinité (Dieu), la religion ou ce qui est respectable ou sacré ».

Ce même dictionnaire définit ainsi le sacrilège : Profanation à l’encontre d’une personne, d’une chose ou d’un lieu officiellement consacrés au service de Dieu. Atteinte portée à quelqu’un, à quelque chose particulièrement digne de respect.

Le mot blasphème est employé pour l’outrage par le langage, le mot sacrilège pour l’outrage par l’action.

Les différents types de langage entrainant différentes sortes de blasphèmes

Ce langage outrageant peut se faire par les mots, mais aussi par l’image (Charlie hebdo), par la filmographie (dernière tentation du Christ), par le théâtre (concept sur le visage du Fils de Dieu), par l’art pictural (piss Christ), par l’exhibition sexuelle dans des lieux sacrés, la dégradation et la destruction (femen vandalisant les cloches de ND de Paris, abattant la grande croix commémorative à Kiev, ou Daech abattant les croix sur les église chrétiennes en Syrie).

Le langage blasphématoire peut être utilisé de façon directe, insultante, insolente (comme dans Golgotha picnic) ; ou plus subtile, un brin déguisée sous l’apparence de réflexion (comme dans le concept sur le visage du Fils de Dieu).

Ne pas être dupes : Le blasphème est une arme

« L’éloge du blasphème » écrit par la très contestable Caroline Fourest, nous éclaire sur le véritable but et la stratégie choisie par les militants antichrétiens :

« on se sert du blasphème pour défier les tabous comme les puissants, les rois comme les dieux » : le blasphème – sous quelque forme qu’il soit – est entre leurs mains un instrument, une arme de guerre idéologique ; ils veulent ainsi désacraliser tout ce qui est sacré, démythifier ce qui a leurs yeux est un mythe (mais on ne s’investit pas avec tant d’énergie et de haine contre un mythe !). Ecoutons-la : « il en a fallu des combats, des mots affûtés et des caricatures outrancières, contre les prêtres et contre Jésus ». Le blasphème sert à discréditer l’adversaire dans l’opinion publique, et lorsque sa défense est disloquée on va attaquer : « la désacralisation vise à négocier un nouveau rapport de force permettant la laïcité » dit-elle. Il faut ridiculiser les gens qui ont la foi, ou les faire passer pour des fanatiques et des obscurantistes, afin qu’ils ne défendent plus leur religion. L’idéal est de pousser les responsables religieux à déprécier eux-mêmes ceux qui, dans leurs rangs, dénoncent le blasphème.

Nous sommes affligés, nous, étudiants catholiques, de voir certains évêques tomber dans ce piège :

Mgr d’Ornellas dit à propos de cette pièce sur le concept du visage du Fils de Dieu : « Tout d’abord, il est clair qu’il n’y a pas de christianophobie dans cette pièce de théâtre. […] Les mises en scènes choisies par Castelluci sont provocantes. (…) Au premier abord, ce geste des enfants qui lui jettent des grenades apparentes est très (trop ?) provocant. Il exige un surcroît de réflexion pour que soit déchiffré ce qu’a voulu dire l’auteur. […]  Ne nous trompons donc pas de combat en luttant contre une christianophobie à laquelle on veut nous faire croire. Manifester contre Castelluci est une erreur de perspective. »

L’archevêque de Rennes se fait ainsi le meilleur allié de ceux qui instrumentalisent le blasphème pour déprécier l’image du Christ dans les consciences…

Par défaut

2 réflexions sur “La pièce « sur le concept du visage du Fils de Dieu » de Castellucci est-elle blasphématoire ?

  1. lebedel dit :

    enfin des jeunes gens courageux qui défendent leur foi contre des attaques multiples violentes vis à vis des chrétiens!!BRAVO vous avez tout notre soutien

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s